[Immobilier neuf] L’habitat d’aujourd’hui & de demain

La conjoncture sanitaire a induit de profonds changements dans les attentes des Français en termes d’habitat. Et pour cause, ils ont vécu une expérience du chez soi totalement autre qui a métamorphosé leurs modes de vie. Plusieurs études et sondages récents dévoilent que les critères d’hier ne sont plus ceux d’aujourd’hui. Grande superficie, espaces extérieurs, nature, choix du quartier…le prisme des priorités, dans le cadre d’un achat immobilier, a changé.

Face à ce constat, le rôle du secteur immobilier neuf peut être interrogé. Sefri-Cime, en sa qualité de promoteur et d’aménageur, s’engage, depuis plus de 60 ans, à placer les attentes de ses futurs résidents au cœur de ses projets résidentiels. Il a toujours été dans l’ADN de Sefri-Cime de concevoir des logements neufs qui s’inscrivent autant dans le présent que dans le futur, avec une démarche anticipative des usages et de l’adaptabilité des espaces.

En introduction à ce sujet, retrouvez l’interview de François De Las Cases, Directeur Général Délégué du pôle logement chez Sefri-Cime.

Habitat de demain : quelles sont les attentes des Français ?

On aspire à des logements plus grands

La superficie d’un logement n’a jamais été secondaire dans les projets d’achat des Français. Les acquéreurs ont généralement une échelle approximative qu’ils intègrent dans leur recherche. Une famille qui s’agrandit, un budget qui permet d’envisager un certain nombre de pièces, un minimum d’espace souhaité…les raisons peuvent être multiples. Or, un coup de cœur immobilier ou la concrétisation d’un projet d’achat n’est pas qu’une affaire de mètres carrés. Avant les successifs épisodes de confinement, il était plus courant de transiger sur un certain idéal de superficie. Pourquoi ? Pour pouvoir répondre à des critères qui semblaient plus impérieux : être en cœur de ville, à proximité immédiate d’un moyen de transport ou non loin du lieu de travail. Autant de critères qui, dans beaucoup de grandes villes, changent rapidement la donne en termes de budget et poussent, de ce fait, les acquéreurs à consentir à acheter « plus petit ». Depuis la crise sanitaire, le rapport à l’espace habitable a changé. Le rapport à l’extérieur aussi, avec tout ce qui peut le rythmer : heures passées au travail, activités de loisir, sorties etc. Le chez soi est devenu l’espace central où se concentrent toutes les activités, mêlant la sphère privée et professionnelle, mais aussi un espace où l’on est amené à passer beaucoup de temps. La rupture de l’équilibre entre la vie en intérieur et la vie en extérieur a donc plus que jamais incité les Français à replacer le critère de l’espace au cœur de leurs projets immobiliers.

Les espaces extérieurs deviennent essentiels

Vivre dans un logement disposant d’un espace extérieur (un balcon, une terrasse ou une loggia) a toujours fait rêver les acquéreurs. Or, ce critère était loin de figurer parmi les plus importants dans le cadre d’un projet d’achat immobilier. La crise sanitaire a induit un changement de perspective : ce critère, considéré parfois comme secondaire ou comme une sorte de privilège, a revêtu un caractère essentiel. Lorsque la conjoncture sanitaire contraint à rester chez soi et à se retirer physiquement de l’environnement extérieur, le balcon ou la terrasse peuvent jouer un rôle compensatoire primordial. Les Français ont donc commencé davantage à appréhender l’habitat comme un tout qui va au-delà de la stricte surface habitable. L’espace extérieur est à la fois perçu comme une pièce à vivre supplémentaire, comme un espace de détente et d’évasion et comme un lien symbolique avec le monde environnant.

Le besoin de nature est plus fort

Ici, il est essentiellement question de cadre de vie et d’environnement direct. Certes, cet aspect n’est pas totalement inédit. Les études dévoilent, toutefois, une grande nouveauté chez les Français : le besoin de se reconnecter à la nature et aux espaces verts. De plus en plus d’acquéreurs se désintéressent des quartiers extrêmement dynamiques et urbanisés pour s’orienter vers des adresses où la nature occupe une place centrale. Ce critère peut se matérialiser de différentes manières : une résidence généreuse en espaces paysagers et en jardins, un éco-quartier qui met à l’honneur la biodiversité, la proximité d’un parc ou d’une forêt etc. En outre, la proximité du logement avec le lieu de travail devient moins prioritaire pour une partie des Français. Certains auront donc plus tendance à s’orienter vers des adresses proches de la nature que vers des quartiers d’affaires ou des centres économiques. 

27 octobre 2021

Partagez cet article

facebook twitter linkedin

Vous avez un projet immobilier ?
Découvrez nos appartements neufs

Article Vidéo

Sefri-Cime, le savoir-faire résidentiel depuis plus de 60 ans

Avec plus de 60 ans de savoir-faire immobilier et résidentiel, Sefri-Cime marque les villes et les générations. Découvrez notre ADN !

26 novembre 2021

Article Vidéo

[Vidéo interactive] Lignes d’Horizons : un nouvel art de vivre en lisière de Versailles

Et si vous viviez une expérience immersive pour découvrir notre nouvelle résidence à Saint-Cyr-l'Ecole ? A travers notre vidéo interactive, Lignes d'Horizons vous dévoile tous ses atouts !

4 novembre 2021

Article Vidéo

[Événement] Deauville Absolue : le premier arbre est planté !

Revivez en vidéo la plantation du premier arbre de notre projet résidentiel très attendu « Deauville Absolue » !

7 octobre 2021